Home > Article

La Nouvelle lune et l'initiation

05-06-2013

Lorsque le Candidat, cherchant la lumière, entrait dans le Temple par la porte-est, il se trouvait en présence du feu de l'Autel des Holocaustes qui donnait une faible lumière entourée de fumée. Il était alors dans la condition spirituelle obscure d'un homme ordinaire : la lumière intérieure lui manquait, et c'est pourquoi il était nécessaire de lui donner une lumière extérieure. Mais lorsqu'il arrivait à la Chambre-Ouest, il devait avoir - en servant l'humanité - évolué un corps d'âme lumineux, « la Lumière qui éclaire tout homme », sans lequel il ne pouvait y entrer. 
 
Ce qui se passe secrètement dans le Temple, se montre ouvertement dans les cieux. De même que la lune croît en luminosité, pendant son passage de la Nouvelle à la pleine Lune, ainsi l'homme qui suit le chemin de la sainteté, en saisissant les opportunités d'or de la Chambre-Est, par une vie de service désintéressé, amasse des matériaux nécessaires à la confection du « vêtement nuptial». Ces matériaux sont le mieux amalgamés la nuit de la Pleine Lune. D'autre part, de même que la lune décroît en lumière en se rapprochant du Soleil, afin de commencer un nouveau cycle, à la Nouvelle Lune, ainsi - selon la loi de l'analogie - ceux qui ont amassé des trésors dans le ciel par une vie de vertu se trouvent- ils, à une certaine époque du mois plus rapprochés de leur Source - Feu des Sphères élevées - leur Créateur - leur Père. 
 
Les grands Saveurs de l'humanité sont nés au solstice d'hiver, pendant la nuit la plus longue et la plus sombre de l'année. De même, l'Initiation, qui fait naître aux mondes spirituels les Aides invisibles, s'accomplit plus facilement pendant la nuit la plus sombre du mois, c'est-à-dire celle de la Nouvelle Lune, alors que l'astre des nuits est à la partie la plus occidentale des cieux. 
Tout développement occulte commence par le corps vital dont la tonique est « répétition». Celle-ci est nécessaire en toutes choses pour arriver à la perfection. Afin de mieux comprendre la conclusion de tout ce qui précède, considérons maintenant sous un angle nouveau les trois sortes de feu du Temple. 
 
Près de la porte orientale se trouvait l'Autel des Holocaustes d'où montait continuellement une colonne de fumée provenant des victimes sacrificatoires consumées, et pouvant être vue de tous les côtés par la multitude ignorante des mystères de la vie. La flamme, la lumière enfermée dans ce nuage de fumée était, tout au plus, faiblement perçue. Ceci démontrait que la plus grande partie de l'humanité s'instruit principalement par les lois immuables de la nature qui exigent d'elle un sacrifice le plus souvent à son insu. De même que la flamme de purification était alors entretenue par des corps grossiers d'animaux dont le sacrifice était exigé par la loi de Moïse, ainsi aujourd'hui la masse vile et passionnée de l'humanité est-elle plus réduite à la soumission par crainte du châtiment des lois de ce monde que par l'appréhension des tourments du monde à venir. 
 
Une lumière de nature différente brillait dans la Chambre-Est du Tabernacle. Au lieu d'être entretenue par la chair des animaux des sacrifices, elle était alimentée par l'huile d'olive provenant du chaste règne végétal. Sa flamme n'était point enveloppée de fumée. Elle était claire et brillante, de façon à illuminer la chambre et à éclairer les prêtres officiant dans le Temple. Ceux-ci qui s'efforçaient de travailler en harmonie avec le plan divin, voyaient plus clairement la lumière que la multitude ignorante et insouciante. Aujourd'hui encore, la lumière mystique brille pour tous ceux qui s'appliquent à servir réellement à l'autel du sacrifice de soi-même, particulièrement pour ceux qui ont donné leur foi à une École des Mystères, telle que l'Ordre des Rose-Croix. Ils marchent dans une lumière invisible aux yeux de la multitude et, s'ils servent loyalement, ils sont assurés de la direction des Frères Aînés de l'humanité, toujours prêts à aider le long du sentier, aux endroits difficiles. 
 
Mais le feu le plus sacré de tous, c'était la Nuée du Sanctuaire de la Chambre-Ouest du Tabernacle, au-dessus du Propitiatoire. Comme cette chambre était sombre, nous comprenons que c'était là un feu invisible, lumière d'un autre monde. 
Remarquons maintenant que le feu enveloppé de fumée qui brûlait sur l'Autel des Holocaustes et consumait les sacrifices apportés en expiation des péchés commis sous la loi, était le symbole de Jéhovah le Législateur. Or, nous nous rappelons que la loi avait été donnée pour nous conduire au Christ. La claire et belle lumière qui brillait dans la Salle de Service - Chambre-Est du Tabernacle - est la lumière d'or du Christ qui guide ceux qui s'efforcent à suivre ses pas dans une vie de service désintéressé. De même que le Christ, sur le point d'être crucifié, dit : « Je vais vers mon Père », ainsi le Serviteur de la Croix qui a profité de son mieux des occasions de service qui lui ont été offertes dans le monde visible est-il admis à entrer dans la gloire de son Père, la Nuée du Sanctuaire. Il cesse alors de voir comme dans un miroir, d'une façon obscure, par les yeux du corps, mais contemple son Père face à face dans les domaines invisibles de la nature. 
Le clocher d'église est large à sa base, mais il devient de plus en plus étroit, et, au sommet, il n'est plus qu'une pointe surmontée de la croix. Ainsi en est-il du chemin de l'initiation : au commencement, il y a bien des choses que nous nous permettons ; mais à mesure que nous avançons, nous devons éviter tout écart de la bonne route et nous consacrer de plus en plus au service de la sainteté. Enfin, vient le point où le sentier est si resserré qu'il ne reste que la ressource d'étreindre la croix. Parvenus à ce point, nous sommes alors en état de suivre le Christ dans l'Au-delà et de le servir là, comme nous l'avons servi ici-bas. 
Cet ancien symbole figurait donc les épreuves et le triomphe du serviteur fidèle, et bien qu'il ait été remplacé par d'autres symboles sublimes, représentant un idéal plus élevé et de plus grandes promesses, les principes fondamentaux qu'il renferme sont aujourd'hui aussi valides que jamais. 
Dans l'Autel des Holocaustes, nous voyons clairement la nature nauséabonde du péché, et la nécessité d'une expiation et d'une justification. 
La Mer du Fonte nous enseigne que nous devons vivre une vie pure de sainteté et de consécration. 
Par la Chambre-Est, nous apprenons à faire un usage diligent des occasions qui nous sont offertes, afin de cultiver le grain d'or du service désintéressé et d'en faire ce « pain vivant » qui nourrit l'âme - le Christ Intérieur. 
Lorsque nous avons gravi les degrés de la Justification, de la Consécration et de l'Abnégation de nous-mêmes, nous parvenons à la Chambre-Ouest qui est le seuil de .la Libération. De là, nous sommes conduits dans des domaines plus élevés où une plus grande croissance de l'âme peut être réalisée. 
 
Bien que cet ancien temple ne s'élève plus, comme en un passé lointain, dans les plaines où des multitudes errantes plantaient leurs tentes, néanmoins il peut être, pour tout aspirant actuel - pourvu qu'il le construise suivant le modèle - un intermédiaire plus précieux pour la croissance de l'âme qu'il ne l'était pour les anciens Israélites. Et que le manque d'or pour le bâtir n'inquiète personne, car maintenant le véritable tabernacle doit être édifié dans le ciel - et « le ciel est au-dedans de vous». Pour construire bien et fidèlement selon l'art ancien de la Franc-Maçonnerie mystique, l'aspirant doit d'abord apprendre à bâtir en lui-même l'autel des sacrifices ; puis veiller et prier patiemment que le feu divin consume l'offrande; se baigner de larmes de contrition jusqu'à ce qu'il ait lavé toute souillure du péché. Dans l'intervalle, il doit garder remplie la lampe de la direction divine afin d'être capable de voir comment, quand et où servir; il doit travailler diligemment pour avoir une abondance de pain à montrer, tandis que l'encens de l'aspiration et de la prière monte à jamais de son cœur à ses lèvres. Alors Yom Kippur, le Grand Jour de l'Expiation, le trouvera prêt à aller vers son Père et à apprendre à mieux aider ses plus jeunes frères à gravir le sentier. 
 


Share


Commentaires