Home > Dialogue avec l'Ange du Jour

Dialogue avec l'Ange 32


Alchimiste : VASARIAH, parle-moi de mes Droits

et de mes Devoirs envers la Mère Nature.

VASARIAH : Que la Paix soit avec toi !

Alchimiste, tes droits, c'est ce que la nature est dans l'obligation de te fournir pour ton bien-être, pour réaliser tes expériences terrestres conformément à la nécessité engendrée par tes vies antérieures.

Tes devoirs : c'est ce qu'il faut que tu donnes à l'univers sous peine d'enfreindre la loi, de détruire l'harmonie, de léser les autres êtres.

Alchimiste, si tu ne fais que réclamer tes droits à la nature, tu entres dans une dynamique négative pour ton âme qui, en définitive, ne fera que se nourrir du pain de la honte. Tu te rends esclave de la nature et tu t'enchaînes toi-même. Réduit à mendier, tu deviens un esclave de l'univers et tu seras traité comme tel, puisque de ta source tu t'éloigneras, et aux mains des forces incontrôlées tu seras soumis.

Par contre, si tu te soucies plus de tes devoirs que de tes droits envers la nature alors tu œuvres afin que l'ensemble de l'univers tende vers la vie absolue et tu entres dans le régime de l'amour.

Alchimiste, ne demande pas ce que la nature peut faire pour toi, mais demande ce que toi tu peux faire pour un meilleur devenir de l'Humanité.

Votre monde est comme un édifice, une cathédrale en chantier. Cet édifice a besoin de ta pierre. Tu dois la tailler afin qu'elle s'y insère harmonieusement.

Alchimiste, laisse-moi te dire que ton premier devoir est celui que tu réalises envers toi-même. Il consiste à polir ton édifice humain. C'est par ta propre transformation que tu aideras le monde à se transformer.

Je suis là pour t'aider si tu nourris cette noble ambition de te rendre utile à l'humanité.

Je te tends la main, prends-la et cheminons ensemble pour le règne de la Justice Divine.

Après tu pourras parler en des mots simples à tes contemporains de ce qu'est le nouvel ordre économique, et ils t'écouteront puisqu'en toi logera désormais ma force.

Que la Paix soit avec toi.








Share